Howtos GNU/Linux .: kozaki :. Howtos GNU/Linux

Guide de Survie sous LinuxVII - Le mode graphique

Comment lancer X ?

Depuis une console, tapez startx.
Si ça ne fait rien du tout, vous avez oublié d'installer X... Installez-le ou, si vous préférez, recommencez l'installation de votre distrib en mode mise à jour.
- Si ça commence, puis que ça planté, c'est que X est mal configuré.
Selon votre distribution, tapez xf86config, Xconfigurator, configX, xf86setup, XFdrake (Mandriva), yast (SuSe), xf86cfg (XFree 4.02), préféré ou l'excellent hwd -xa (qui génère un fichier xorg.conf pret à l'emploi :) si vous avez installé le programme hwd)
Mon faible va à Xconfigurator, livré avec Redhat, qui détecte la carte graphique et la souris. XFdrake est son cousin graphique sur les Mandrake, et hwd -xa l'excellent outil alternatif.

- Si ça coince, il faut éditer le fichier /etc/X11/xorg.conf (si vous utilisez Xorg) (ou /etc/X11/XF86Config, parfois sans /X11/ si vous utilisez encore XFree86) à la main, en vous aidant des messages d'erreur écrits par X dans /var/log/Xorg.0.log (si vous utilisez Xorg). Les erreurs sont facilement repérables car toujours précédées d'un (EE).
Pas de panique, les 2 fichiers de conf (xorg & XF86) ont exactement la meme syntaxe :) Une bonne doc, et bon courage ! Lisez man xorg.conf(5x) (ou XF86Config) et le man de votre serveur X. Par exemple, il peut falloir rajouter des options comme linear ou noaccel, voire limiter la mémoire à 14 ou 16 Mo de RAM (cartes ISA ou VESA).

Si vous devez VRAIMENT fabriquer vos modelines, plutôt que de vous lancer dans des formules incompréhensibles, tentez plutôt le calcul automatique sur la page http://www.inria.fr/cgi-bin/nph-colas-modelines-fr. Si vous êtes puriste, vous êtes même invité àle faire à titre systématique pour toutes vos résolutions. Idéal pour afficher la télé en plein écran.

Autres sources de problèmes : X n'existe pas. Créez-le par cd /usr/X11R6/bin, puis ln -s monserveurX (crée un lien symbolique de X vers monserveurX). Le serveur en question s'appelle quelque chose comme XF86_SVGA, dans le même répertoire.

Autre cas, X existe, mais pointe vers un mauvais serveur X (se détecte par ls -l /usr/X11R6/bin/X) :
rm /usr/X11R6/bin/X, puis ln -s monserveurX . dans /usr/X11R6/bin/.

De nombreuses cartes récentes ont un serveur X spécifique (XBF pour les Intel 740...) et un mode d'emploi spécifique. Liste des cartes compatibles à http://www.xfree86.org/cardlist.html.

bullet Encore une info: Dans Mandrake 7 / 8, si vous utilisez Xfree 4.0, le fichier de configuration s'appelle /etc/X11/XF86Config-4 bullet Inutile de vous acharner sur le fichier XF86Config, qui n'est pas lu !

Pour installer XFree86 4.x, téléchargez tous les binaires, puis lancez en ayant quitté X la commande sh Xinstall.sh. À la fin de l'installation, vous pourrez configurer avec xf86cfg (mode graphique) ou xf86config (mode texte).

bullet gros piège si vous mettez à jour Xfree sur RedHat!!
En effet, sur RedHat le fichier xfs (serveur de fontes) est spécial et ne correspond pas à XFree standard. Si par malheur vous installez les binaires de XFree sans sauvegarder xfs de Redhat et que vous rebootez, le démarrage est impossible !!! (Aventure vécue sur une 6.0, pas de problème avec une Mandrake 7.0 et Xfree 4.0).

Lancer X automatiquement

Sur Red Hat/Mandrake, éditez le /etc/inittab, puis remplacez id:3:initdefault par 5.
Sur Suse, remplacez 2 par 3.
Sur Corel, remplacez 1 par 2.
Sur Slackware, remplacez 3 par 4.

[ Sur Debian, le niveau de démarrage est 2. Le gestionnaire de démarrage graphique est lancé en créant un lien symbolique : cd /etc/rc2.d puis ln -s ../init.d/kdm S99kdm par exemple si ce lien n'existe pas déjà.]

Voilà comment les auteurs de distributions compliquent la vie des Linuxiens et des rédacteurs de documentation. Ceci vous lance par défaut xdm (vérifiez qu'une ligne à la fin du fichier lance xdm ), ou mieux, kdm si vous renseignez correctement la ligne qui est lancée par le level 5.
Pour le window manager par défaut, il faut créer un fichier $HOME/.xsession (inutile pour kdm), et le rendre exécutable (chmod -x). Placez-y le nom de votre WM préféré.

Pour choisir le gestionnaire de démarrage graphique, la solution ne se trouve plus dans le /etc/inittab (qui doit finir par
x:5:respawn:/etc/X11/prefdm -nodaemon
mais dans /etc/X11/prefdm qui lance xdm, gdm ou kdm au choix. Vous y trouverez aussi le PATH.
Ensuite, dans le centre de configuration kde, applications, configuration du bureau, sessions, rajoutez les noms des wm que vous voulez choisir au démarrage (exemple window maker). Pensez aussi à changer la langue de kdm.
Comme toujours, Gnome a son équivalent., le Xsession doit être configuré comme pour kdm, et il faudra créer des fichiers spéciaux pour chaque WM dans /usr/bin/gdm en suivant le modèle de ceux qui y sont déjà.
Si le redémarrage plante, vous pouvez essayer de passer l'option suivante à LILO (au boot système) : linux single.
Cela empêchera le démarrage automatique de X et vous permettra d'intervenir, par exemple pour remettre l'initdefault à 3.
Pour éviter cet ennui, il vaut mieux tester d'abord en tapant init 5 à l'invite. Si un incident se produit, retapez init 3 (en root).
Une fois que tout marche seulement, passez l'initdefaut à 5 et relancez. (Adaptez les chiffres à votre distribution, comme expliqué plus haut).
Dans le cas de kdm sous Red Hat, vous constaterez que le fond d'écran choisi par défaut n'apparaît pas, mais seulement le logo de Redhat, nommé xbanner.
Le fichier /etc/X11/xdm/Xsetup_0 n'est plus utilisé.
astuceTrucs :
Pour démarrer au choix en mode texte ou graphique, au lieu de taper linux au prompt de lilo, tapez linux 3 (ou 5, ou ce que vous voulez).
Re-astuce : pour démarrer en choisissant le niveau de démarrage dès le début, éditez votre lilo.conf, repérez la section qui démarre linux, copiez-la plus loin, changez le libellé de démarrage (ex : linux en linuxtexte ) et rajoutez append="3" dans la section. Activez les nouveaux réglages en tapant lilo. La même méthode marche bien sûr pour les autres gestionnaires de démarrage.

X démarre. Et après ?

Après, vous pouvez commencer à jouer : gimp pour la retouche photo, Netscape, profiter du multi bureaux...

Vous pouvez maintenant oublier toutes les commandes qui précèdent. Enfin, il existe des équivalents graphiques, mais qui ne gèrent pas les opérations complexes. Dommage...

Vous constaterez vite qu'il existe de nombreux window managers : kwin pour KDE, le plus abouti (évitez si vous n'avez pas 64 Mo de RAM), afterstep (le plus classe), fvwm95, mlvwm (imitation mac), window maker, Enlightenment, le plus gourmand en couleurs et le plus psychedelique... (note: très optimisé, il est moins gourmand que KDE ou Gnome. La version e17 en développement apportera des changements majeurs aussi je vous conseille de surveiller sur le site officiel: http://www.enlightenment.org/)

À noter que Gnome n'est pas un WM mais s'appuie sur un WM, de préférence "Gnome-compliant" (Window maker ou Enlightenment).

Chaque utilisateur peut choisir un WM différent des autres et avoir ses propres paramétrages.

Il est probable que votre WM vous propose des menus avec tout plein de programmes, visible dans une barre ou comme Menu contextuel. C'est en général un paramétrage par défaut. Il est possible qu'un certain nombre d'entre eux ne soient pas présents ou ne répondent pas. Il ne vous reste qu'à les installer.
À l'inverse, il est possible qu'un certain nombre de programmes soient installés, mais n'apparaissent pas dans les menus. Allez donc faire un tour dans /usr/X11R6/bin ou /usr/local/bin. Pour les rajouter aux menus, consultez la doc de votre WM. Comme d'habitude, c'est KDE qui s'en sort le mieux.

Et mon shell ?

Pas de problème : c'est maintenant un xterm, ou shell graphique.

Vous pouvez en lancer plein en même temps, et même avec des utilisateurs différents (commande su -)..

Astuce : sous KDE, en faisant glisser un fichier vers un xterm, vous pouvez y coller directement son nom ou vous placer dans son répertoire.

Les fenêtres débordent de l'écran !

Si X est configuré en 640x480 en couleurs 8 bits, c'est très insuffisant. Pour travailler correctement, 16 bits et 800X600 sont un strict minimum (1Mo de mémoire sur la carte), 1024X768 sont encore mieux (2Mo de mémoire video). 800X600 est le paramétrage minimum pour KDE.

Essayez <Ctrl - Alt - +> (le plus du pavé numérique). Si l'image change de taille, c'est gagné ! Sinon, relancez Xconfigurator (Red Hat), YAST (Suse), ou ce que vous voulez d'autre, et répondez aux questions sur la résolution.

En dernier ressort, éditez /etc/X11/XF86Config (/etc/X11/xorg si vous etes passé à Xorg ; certaines distributions ont le fichier de config directement dans /etc) à la main.
Pour que l'écran démarre directement dans la bonne résolution, repérez d'abord le paragraphe consacré à votre serveur X, et dans celui-ci la ligne du XF86Config, section screen, subsection display où l'on peut lire :
640x480 800x600 1024x768 (par exemple), et inversez l'ordre pour mettre en premier votre résolution préférée (dans votre nombre de couleurs).
Si vous ne voulez pas d'écran virtuel plus grand que votre plus grande résolution, commentez (#) la ligne virtual....
attention Ne vous trompez pas de section. Inutile de trafiquer la section sur l'affichage monochrome si vous êtes en SVGA. Sur Xfree 4.0, il n'y a plus qu'une seule section.

Lien sur Xorg : All About Linux and X.org Article détaillé sur l'affichage graphique sous Linux et, notamment, la fin du support OpenGL par Windows Vista (12/09/2005).

Je n'ai pas le bon nombre de couleurs :-(

Plusieurs possibilités :
-startx -- -bpp 16. Ça marche, mais c'est pénible (À noter que le -- signifie la fin des options).
Ajoutez :
DefaultColorDepth 16
dans le XF86Config (section screen, dans la rubrique correspondant à vote serveur X, avant subsection display).
attentionDans Xfree 4.0, il faut mettre
DefaultDepth 16

Mon écran est tout décalé ou tout flou

Lancez xvidtune à partir d'un xterm. Notez les valeurs qu'il vous donne (commande show).
Ouvrez le /etc/X11/XF86Config. Vous devez trouver une ligne de Modeline où toutes ces valeurs apparaissent. Marquez-la d'un commentaire.
Agissez sur les réglages de xvidtune.
Lorsque le centrage vous convient, remplacez les anciennes valeurs du XF86Config par les nouvelles que vous donne xvidtune. Faites pareil pour toutes les résolutions. Note : Kvidtune est encore plus beau !
attention Sur Xfree 4.0x, les Modelines de XF86Config sont facultatifs. Il autodétecte les résolutions du moniteur. Si vous y tenez vraiment, vous pouvez mettre des modelines identiques au même endroit qu'auparavant.

Si vous avez un écran à la résolution bizarre, vous devez d'abord identifier ses caractéristiques de résolution et de rafraîchissement grace à xrandr :

$ xrandr
SZ: Pixels Physical Refresh
*0 1280 x 1024 ( 332mm x 250mm ) *60
1 1024 x 768 ( 332mm x 250mm ) 85 75 70 60 87

puis calculer un Modeline personnalisé. Pour cela, vous disposez d'un utilitaire : gtf :

gtf 1600 1024 60 (résolution H - V fréquence verticale)
# 1600x1024 @ 60.00 Hz (GTF) hsync: 63.60 kHz; pclk: 136.36 MHz
Modeline "1600x1024_60.00" 136.36 1600 1704 1872 2144 1024 1025 1028 1060-HSync +Vsync

Vous devez copier la ligne ci-dessus dans la section Monitor du XF86Config.

Attention ! Certaines documentations d'écran sont un peu enthousiastes, donnant comme fréquence verticale une valeur qui ne fonctionne pas à la résolution la plus haute. Dans ce cas, l'écran basculera dans une résolution plus basse sans le dire. Si votre image reste un peu floue et d'une résolution inférieure à celle demandée, essayez de baisser la valeur de la fréquence verticale.

Les polices (true type)

Vous pouvez utiliser des polices TrueType de Windows.
Pour cela, installez le serveur de fontes xfstt. Le rpm devrait tout installer facilement. Entre autres, il rajoute une ligne :
FontPath "inet/127.0.0.1:7101"
dans XF86Config, ainsi qu'un service xfstt dans /etc/rc.d/init.d/
Copiez vos fontes .ttf dans /usr/share/fonts/truetype. (ou créez un lien symbolique de même nom vers le répertoire de fontes sur votre éventuelle partition Windows).

Les ascenseurs X

Vous allez dire que les ascenseurs, vous connaissez. Eh bien, ce n'est pas si sûr.

Les anciens programmes X (xfm, xpaint...), reconnaissables à leur graphisme 2D assez moche, utilisent des ascenseurs différents de la norme habituelle :

Descendre Monter
Lentement Bouton gauche, en haut Bouton droit, en haut
Vite Bouton gauche, en bas Bouton droit, en bas
Tirer l'ascenseur manuellement : bouton central

Vous pouvez tester ceci avec xpaint, menu aide.

Comment basculer de console sous X .

<Ctrl-Alt-F2>.
Pour revenir sur la console graphique : <Ctrl-Alt-F7> (si vous avez bien 6 consoles texte. Sinon, adaptez).
Pour lancer une deuxième console en mode graphique : startx -- :1.
La deuxième console graphique est maintenant F8.

Comment lancer un programme graphique lorsqu'on est invité sur la console.

Si vous avez déjà utilisé la commande su, vous constaterez que l'utilisateur invité peut lancer des programmes dans la console, mais pas de programme graphique.

La solution : l'hôte doit lancer la commande xhost +

L'invité tape export DISPLAY=:0.0 (Le premier 0 désigne la première console graphique, le deuxième 0 est facultatif, il désigne le numéro d'écran, généralement un seul).

Il peut alors lancer n'importe quel programme graphique comme s'il était chez lui.

Attention ! cette commande permet à n'importe qui d'afficher un programme sur votre écran, y compris par le réseau ! refaites vite xhost - pour être tranquille. Sinon, lancez xhost par xhost + machine_autorisee (tous les utilisateurs de cette machine -et même peut-être d'autres- deviennent autorisés).

Si votre machine est reliée à l'Internet ou un autre réseau non sûr, vous devriez plutôt une méthode basée sur xauth et des cookies (détails dans le how-to Remote-X-apps).

Astuces : Voir la valeur d'une variable : echo $DISPLAY, ou echo $LANG, ou ce que vous voulez d'autre. Voir toutes les variables : env.

Autre possibilité : lancer un seul programme sur l'autre affichage : emacs -display :0. Si vous trouvez que c'est trop lent, utilisez lbxproxy.

Exemple : lbxproxy 192.168.0.1:0, puis emacs -display :63. Pour vérifier si le serveur X accepte de se faire traiter de la sorte : xdpyinfo (doit supporter LBX).

Comment quitter X (et Linux) ?

<Ctrl-Alt-Eff> ou les menus du window manager (l'idéal). Pour quitter Linux complètement, il ne faut jamais éteindre sauvagement. Si vous êtes tout seul (pas de réseau) : halt, reboot ou shutdown -h now avec les bonnes options de délai (man shutdown) dans un x-term.

Autre possibilité : <Ctrl-Alt-Suppr> (depuis une console texte), puis éteindre la machine avant le redémarrage.

Si vous êtes en mode graphique automatiquement (kdm ), en quittant, vous vous retrouvez à nouveau en console de login. Choisissez le menu arrêter.

Si vous êtes en mode graphique avec xdm, la solution est de changer de runlevel : init 0 pour arrêter ou init 6 pour rebooter.

Si vous utilisez le login manager de KDE 1, ne choisissez pas root ou console seulement si vous voulez pouvoir arrêter la machine depuis un compte utilisateur en mode graphique, sinon risque de blocage.(merci à Michel STEPAN)

La 3D

Les principales marques (NVidia, Matrox, 3DFX...) mettent à disposition des pilotes 3D.

Cartes nVidia

Pour ma Nvidia Riva128, j'ai tout simplement dézippé le nvidia-X-GLX..., quitté X, puis tapé à partir du répertoire d'installation la commande ./riva_install. Ensuite, à vous Quake !! (procédure valable pour Xfree 3.x).

Les nouvelles versions du driver Nvidia pour Xfree 4 (ou Xorg) n'ont plus besoin du support AGP dans le noyau (module agpgart), mais utilisent leur propre pilote AGP. Il faut :

  • récupérer le fichier NVIDIA-Linux-x86-1.0-xxxx.run (remplacer xxx par la dernière version) sur http://www.nvidia.com, sauf si vous utilisez une vielle carte (GeForce1, TNT2 ou antérieur) dans ce cas il faut trouver une version inférieure au driver 76xx !
  • En root, taper sh NVIDIA-Linux-x86-1.0.xxxx.run (il faut avoir les sources du noyau installées ; urpmi kernel-source sous Mandriva);
  • Éditer /etc/X11/xorg.conf (ou ~XF86Config(-4)) et :
    remplacer Driver "nv" par Driver "nvidia"
    et insérer cette ligne : Load "glx" dans la section Module
    Enfin, commenter dri.
  • Le pilote nVidia se charge avec modprobe nvidia (en root), puis on lance X en tant qu'utilisateur (Attention ! ne jamais lancer X en root !) : vous devriez voir le logo de la marque (désactivable).
    Pour automatiser le chargement du module, ajoutez alias char-major-195 nvidia dans /etc/modprobe.conf, et nvidia dans /etc/modprobe.preload

Voyez la page dédiée à nVidia Linux sur ce site.
Tous les retours utilisateurs (à lire si vous rencontrez des problèmes, si vous voulez overclocker votre carte ou pour comparer vos scores en accélération 3D) sur le TOPIC OFFICIEL nVIDIA de clubic.com (attention aux premières pages qui datent)

ATI

Sur mon portable avec une ATI rage LT Pro (mach 64), l'accélération est très correcte sous XFree 3.3.x...à condition d'être activée (système UTAH-GLX). Vous feriez bien entre autres d'avoir les lignes :

Load "glx"
Load "dri"

dans votre XF86Config ou xorg.conf.

À condition, bien sûr, d'avoir installé DRI, disponible sur http://dri.sourceforge.net/doc/DRIintro.html (pour cartes 3dfx Voodoo3 & Voodoo5, Matrox G200 & G400, Intel i810, ATI Rage 128, & 3Dlabs Oxygen).

Dans l'état actuel des choses, les portages GLX vers DRI n'ont pas encore été tous faits et sont assez difficiles et longs à faire. Comme le portage de UTAH-GLX sur XFree 4 a commencé, il est probable que de nombreuses cartes seront supportées sous XFree 4 en UTAH-GLX avant DRI.
Il y a une superbe documentation "Introduction aux cartes 3D sous Linux" (par Serge ROSSI), ici encore pour des cartes anciennes.

Les cartes ATI Mach64 sont maintenant supportées par Xorg.

Les ATI modernes (Radeon) ont un pilote propriétaire compilable (nécessite les sources du noyau), disponible sur http://ati.com/support/driver.html. À essayer si le support GATOS dans Xorg n'est pas suffisant.

Quelques infos :

Le système GLX est une encapsulation d'OpenGL pour Xfree. Donc, il supporte la 3D en réseau. Pour aller plus vite, DRI (http://dri.sourceforge.net) permet d'accéder directement au matériel sans passer par X, et UTAH-GLX (http://utah-glx.sourceforge.net/) permet aussi le rendu direct, mais pour une seule application à la fois.
Des détails techniques sur http://www.linux-france.org/article/3d/securite.html

Vous pouvez tester l'accélération graphique 3D disponible sur votre système avec glxinfo et glxgears.
À titre de comparaison, voici les résultats obtenus sur ma station Athlon XP1800+ :

  1. GeForce FX5200 & nVidia 7676 sous Mandriva Cooker 2006 :
    # glxgears
    10026 frames in 5.0 seconds = 1989.347 FPS
    10080 frames in 5.0 seconds = 2003.387 FPS
    9737 frames in 5.0 seconds = 1934.153 FPS
    10080 frames in 5.0 seconds = 2004.241 FPS
  2. Avec le module 'nv' (sans le nvidia donc) et une TNT2 m64 sous Mandrake 10.1 :
    314 frames in 5.0 seconds = 62.692 FPS
    311 frames in 5.0 seconds = 62.164 FPS
    1064 frames in 5.0 seconds = 212.651 FPS
    1225 frames in 5.0 seconds = 244.958 FPS

Le pilote 7664 et au-delà permet d'overclocker sa carte via l'utilitaire nvidia-settings.

Si vous avez le paquetage Mesa-demo, vous pouvez lancer les démos (je vous recommande « reflect »).

Sans le pilote 3D, n'espérez pas jouer confortablement aux jeux 3D comme tuxracer, tuxkart, chromium, gltron et bien d'autres...

Plus de news et détails sur les pilotes de cartes 3D pour Linux sur notre page dédiée

Le multi-écran

Avec XOrg, vous pouvez avoir plusieurs cartes graphiques et donc plusieurs affichages.
Je vous recommande la lecture du How-To Xinerama, très bien fait.

  • Configurez les cartes graphiques une par une (en n'en laissant qu'une à la fois dans la machine), et sauvegardez à chaque fois le fichier de configuration sous un nom reconnaissable.
  • Si vous utilisez une AGP et une PCI et dites à votre BIOS laquelle doit démarrer par défaut. Ce sera la carte principale, la seule active en mode texte. Si vous avez plusieurs PCI, seule la première trouvée sera activée.
  • Identifiez les connecteurs par (XF86Config -)scanpci. Vous obtenez une série de 3 nombres séparés par des deux points.
  • Fusionnez tous les fichiers de configuration : vous devez avoir en autant d'exemplaires que vous avez de cartes, des sections Monitor, Screen et Device (en faisant attention de donner des noms différents en cohérence aux différentes cartes).
  • Ajoutez les identifiants trouvés dans la section Device de chaque carte : BusID "PCI:0:12:0" (toutes ces opérations sont automatisées dans les distributions très automatisées, comme Mandrakelinux)
  • Si vous vous contentez d'écrans indépendants, cela suffit.
  • Si vous voulez fusionnner les écrans, Indiquez également la position respective des écrans dans la section Layout :
    Screen "Screen0"
    Screen "Screen1 RightOf Screen0"

    (À condition, bien sûr, que vos écrans s'appelent Screen0 et Screen1 ailleurs dans le fichier).
    Démarrez avec startx -- +xinerama
  • Si vous êtes content du résultat et que vous voulez un démarrage automatique du système, ajoutez l'option +xinerama au bout de la ligne de commande qui lance X dans le fichier de configuration de votre gestionnaire de démarrage graphique, ou ajoutez-le dans la section Server Layout
  • Si vous voulez une accélération 3D, sachez qu'elle est assurée indépendamment sur chaque carte. En cas de modèles différents, il peut y avoir des surprises.
  • Enfin, certaines cartes tolèrent mal le xinerama (Voodoo Banshee par ex., qui gèle ou capte la souris)

    Pour les Matrox Dual Head, il y a un pilote et un configurateur graphique ici : http://www.matrox.com/mga/support/drivers/files/linux_07.cfm

  • Avec XOrg 6.8, vous pouvez même répartir le multiécran sur plusieurs ordinateurs, chacun portant une ou plusieurs cartes graphiques (avec le système DMX : http://dmx.sf.net/).
  • Il s'agit simplement d'accepter le partage d'écran sur toutes les machines susceptibles d'afficher une partie de l'image (dont le serveur). Ces machines peuvent porter n'importe quelle version de X.
  • Sur la machine serveur (XOrg 6.8 obligatoire), vous devez lancer la commande xdmx :1 +xinerama -display machine1:0 -display machine2:0.

La sortie télé (l'autre manière d'avoir le double écran)

De plus en plus de cartes graphiques ont une sortie Télé. Malheureusement, la plupart du temps, cette sortie n'est pas supportée par les pilotes sous X. Nvidia fait exception à la règle, puisque, depuis la version 1.0-1251, le pilote supporte la sortie TV de toutes les cartes. Il y a une documentation sur le sujet dans .../NVIDIA_GLX-1.0-xxx/usr/share/doc/. Seules les cartes à base de Geforce 2 MX permettent d'avoir la fonction TwinView (double écran identique ou complémentaire). Vous devez bien sûr commencer par configurer correctement le pilote Nvidia.

Un exemple de fichier de configuration (de Xfree)

(Fin de la Section Screen)
Option "TwinView"
Option "SecondMonitorHorizSync" "30-50"
Option "SecondMonitorVertRefresh" "60"
Option "Metamodes" "800x600,800x600;640x480,640x480"
Option "TwinViewOrientation" "Clone"

Pour les cartes Matrox G400 et G450, il y a un pilote spécial ici : http://www.matrox.com/mga/support/drivers/files/linux_07.cfm.

Le DivX

Vous voulez voir le dernier film à la mode ? No problem.

  • Le plus simple est encore d'installer mPlayer, et les codecs fournis sur son site. Vous pourrez non seulement lire à peu près tous les formats vidéos (DivX, XviD, DVD, Ogg, mkv, Real, Quick Time, ...), mais aussi les enregistrer ou ré-encoder à l'aide du frère encodeur de mPlayer : mEncoder. Détail sur le lien. Notez que mplayer propose les codecs win32 au complet à télécharger sur leur site, puis à décompresser dans le même répertoire.
  • Sinon allez sur http://www.divx.euro.ru/download.htm pour récupérer le binaire de divx, que vous dézipperez dans /usr/lib/win32, puis compilez et installez classiquement avifile. Vous pourrez alors lancer aviplay pour vos fichiers .avi .
  • Autre possibilité : X Movie Player, téléchargeable sur http://xmps.sourceforge.net/pres.php3.

Pour le montage video

Vous avez cinelerra (http://heroinewarrior.com/cinelerra.php3), héritier de Broadcast 2000. Intègre un encodeur mp3 et des codecs vidéos. L'installation du binaire nécessite des précautions (pour la version Beta1) : rpm -i --nodeps --force programme.rpm.
Ensuite, ln -s /usr/lib/libstdcrel="external".so.4 /usr/lib/libstdcrel="external".so.3
Ce programme semble ne pas marcher sur les distributions qui utilisent la libpng3 (Mdk 8.2 par ex.), car il nécessite la libpng2, incompatible :-(
Il est également très consommateur de ressources.
préféré ndlr : Gérard Delafond ne précise pas de quand datent ces considérations. Dommage, car la version 1.2.2.cvs (09/2005) requière libpng3.
La liste complète des dépendances est consultable sur le site officiel, sur rpm.pbone.net, ou avec l'outil de gestion des packages de votre distrib (urpmq -dm sous Mandriva/Mandrake)

L'alternative est cinepaint (ex filmgimp) (http://cinepaint.sourceforge.net/), très utilisé dans les milieux professionnels (mais manquant de la gestion des .mov et .avi).

Kino lui aussi permet le montage vidéo.

Le framebuffer

(Rubrique écrite par Damien Boureille)

Le framebuffer est un pilote vidéo générique, qui permet d'afficher des graphismes indépendamment de la carte graphique. Pour cela, les données sont écrites directement en mémoire vidéo, sans passer par le chipset de la carte graphique. La zone mémoire contenant ces données vidéo est également appelée framebuffer et apparaît dans /dev/fb0. Elle a la taille de votre mémoire vidéo.

Il y a plusieurs intérêts à cela.

  • Tout d'abord, si votre chipset vidéo ne possède pas encore de driver pour Linux, et que le mode VGA 16 couleurs sous X ne vous suffit pas (ça alors ?), vous pouvez employer un framebuffer pour faire tourner X dans la résolution de votre choix. Mise à part la lenteur du pilote, vous devriez pouvoir utiliser toutes les applications courantes sans accrocs. Cela dit, n'espérez pas faire de la 3D :).
  • Le framebuffer permet aussi d'afficher des consoles dans la résolution de votre choix. Ainsi, il est possible d'afficher des graphismes dans une console, et d'avoir beaucoup plus de caractères dans un seul écran.
  • Avec les distributions répandues (RedHat, Mandriva et SuSE), le framebuffer est systématiquement compilé dans le noyau. Souvent, il est même activé dès le début ! Essayer de passer le paramètre vga=788 lors de l'invite de Lilo ou GRUB. Si vous voyez un beau logo (Tux, ou un logo de RedHat, SuSE...) en haut de l'écran, c'est gagné ! (Vous verrez même 2 Tux si vous avez 2 processeurs). Il vous suffit donc de toujours démarrer avec ce paramètre. Pour éviter d'avoir à le taper à chaque fois, éditez /etc/lilo.conf et ajoutez l'entrée suivante, dans la section Linux : vga=788. Avec grub, éditez /boot/grub/menu.lst et ajoutez ce paramètre à la suite de la ligne qui charge Linux. Inutile de préciser que seul root a le droit de faire ceci. Désormais, vous avez une console graphique !
  • Les choses peuvent se compliquer avec le framebuffer de X. Normalement, toutes les distributions « grand public » à ma connaissance (SuSE 8.1 et RedHat 8) détectent votre carte graphique automatiquement, et sélectionnent un pilote adéquat. Le plus souvent, si elles n'en trouvent pas, elles activent même automatiquement le pilote framebuffer. Si ce n'est pas le cas, et que votre carte graphique n'est pas détectée, sélectionnez-le manuellement. Il devrait se trouver dans les pilotes génériques.
    Normalement, le problème doit être réglé.
    La situation est donc bien différente d'autrefois, où il fallait configurer /etc/X11/XF86Config à la main.
Trop cool pour Internet Explorer